La nature profonde d'un être vivant est-elle une fatalité? Cet être est il caractérisé par des réactions/agissements inhérents à sa condition? Sans parler des théories des animaux machines, quelle est la perméabilité et l'élasticité de nos limites physiques et surtout physichiques?

 

Humilité    -     Compassion    -     Respect     :     sont selon moi les sources à travailler en chacun pour développer la sagesse

 

Il faut parfois une force incroyable, que je n'ai pas encore pour respecter ce credo.

La vanité, les plaisirs furtifs nous éloignent rapidement de la qûete, et nos mots, parfois sortent si naturellement que je me demande si j'ai toujours le contrôle (réel et profond) des actes et paroles.

La méditation pratiquée régulièrement permet de grandement diminuer ces erreures d'agissement. Elle apaise l'esprit, le vide du superflu et permet de recentrer les pensées. mais une autre contrainte s'impose > la rigueur sur la fréquence, la pertinence et la qualité des méditations.

Les futilités qui encombrent les vies et les esprits sont elles responsables? Il semblerait que dans les sociétés occidentales, tout soit fait pour que le loisir soit le plus important dans les vies humaines. plus important en temps et en valeur. L'accès au loisir est de plus en plus aisé et l'excès nous détourne de notre nature (au sens large : valeurs, besoins). Le loisir peut être utile s'il est source de rêverie, pas s'il est issu du "prêt à jouer".

la liste des responsables au manque de réflexions généralisée ne sera jamais exhaustive. Bien qu'importante pour comprendre et progresser, concentrons nous vers les solutions actuelles et avançons...